Normes de réalisation des installations électriques intérieures

Le ministre de l’énergie acte la formation de 1000 électriciens-bâtiments

Le gouvernement du Bénin et l’Union européenne, à travers le projet Recaseb, ont décidé d’outiller 1000 Electriciens-bâtiments. Le top de cette formation sur les normes de réalisation des installations électriques intérieures qui se déroulera à Esmer Académy à Abomey-Calavi a été donné, vendredi 30 octobre 2020, par le ministre de l’Energie Dona Jean-Claude HOUSSOU

Cheval de bataille du ministre de l’Energie, Dona Jean-Claude HOUSSOU, le transfert de compétences continue de se traduire en actes concrets sous le régime du Nouveau départ. La preuve, des sessions de formations sont initiées pour permettre à 1000 Electriciens-bâtiments de toucher du doigt la réalité des choses en matière de risques électriques, de manière plus méthodique et encore plus professionnelle, d’apprendre à identifier les causes de ces risques et à les éviter ou en en mitiger les conséquences par la mise en place de dispositifs de protection adéquats et l’utilisation des matériels électriques appropriés. Il leur sera notamment enseigné l’ensemble des prescriptions techniques minimales relatives à la réalisation des installations électriques intérieures de qualité et qui protègent et sécurisent les usagers. Pour le ministre de l’Energie, l’organisation de ces sessions de formation tombe à point nommé, car l’utilisation de l’électricité, si facile semble-t-il, présente de sérieux dangers lorsque les installations électriques ne sont pas réalisées conformément aux règles et normes de sécurité requises : risques de choc électrique, d’électrocution, de surcharge, de court-circuit et d’incendie. Or, beaucoup d’électriciens-bâtiments, bien qu’ayant appris le métier, n’arrivent pas à réaliser une installation électrique selon les règles de l’art. « Il est donc indispensable de leur assurer un perfectionnement professionnel afin de relever leur niveau de qualification, ou de l’approfondir.

C’est bien le sens de l’organisation desdites sessions destinées à un ensemble de 1000 électriciens-bâtiment sur toute l’étendue du territoire national », a-t-il fait savoir. Pour Véronique Janssen, la Chargée d’affaires de la délégation de l’Union européenne, l’ambition à travers cette formation est de contribuer aux besoins de l’économie béninoise en facilitant l’accès des jeunes à l’emploi ; ce qui ouvre aux jeunes femmes des carrières dont elles étaient jusque-là exclues. « Plus de 50 sessions de formation pour artisans électriciens sont prévues dans tous les départements au cours des six prochains mois. Elles couvriront aussi bien l’expertise théorique que pratique », a-t-elle souligné. Florent Whannou, chef projet régisseur Recaseb, quant à lui, a indiqué que le coût estimatif de cette formation est d’environ deux cent quarante-huit millions six cent six mille cent (248 606 100) francs CFA, soit trois cent soixante-dix-huit mille neuf cent quatre-vingt-dix (378 998) Euro. « Il est prévu à cet effet, plusieurs sessions de formation qui s’étaleront sur plusieurs mois.

A l’issue de chaque session, les participants recevront chacun, suite aux actions concertées de son Excellence le Ministre de l’Energie et de la Délégation de l’Union Européenne près le Bénin, en plus d’une attestation de participation, un kit d’intervention composé d’un casque de chantier, d’une paire de gants, d’une paire de lunettes teintes, d’un gilet réfléchissant et d’outillage isolé (jeux de tournevis + pince) », a-t-il informé. A sa suite, le Directeur de cabinet du ministère des petites et moyennes entreprises s’est réjoui de la tenue de cette formation. A l’en croire, elle permettra au Bénin de disposer d’un réservoir de compétences locales pour intervenir sur nos différents chantiers, parce qu’en la matière le Bénin a beaucoup de carence. « Chers artisans ! Je voudrais vous exhorter à profiter de cette formation pour devenir des experts en matière d’électricité bâtiment et être dans la capacité de compétir dorénavant au niveau des marchés publics des grands travaux d’infrastructures », a souhaité Edouard Sèhlin. Cette cérémonie a aussi connu la participation de Serge Loupeda, Coordonnateur adjoint de l’Unité du Fonds européen de développement, et celle du Dg Controlec, Mohamed  Masmoudi Saizonou.

Partager cet article sur :