Énergie : Journée mondiale de l’énergie

Le Bénin, désormais une terre d’opportunités sous la Rupture

 

Le Bénin à l’instar des autres nations du monde, célèbre ce 22 octobre la Journée mondiale de l’énergie. Cet intrant qui est au cœur de tout processus de développement se positionne aujourd’hui comme un droit indissociable des autres droits fondamentaux de la personne humaine tels que l’alimentation, l’habillement, l’habitat, la santé et l’éducation. Dans son message, le ministre de l’Energie, Dona Jean-Claude HOUSSOU a levé un coin de voile sur les performances extraordinaires réalisées en quatre ans par le gouvernement du président Patrice TALON.


En accordant 10% du Programme d’Actions du Gouvernement (PAG) au secteur de l’énergie à travers quatre projets phares, le président Patrice Talon voulait concrétiser un rêve, celui de faire de l’électricité le sang qui va couler dans les veines de tous les béninois. Quatre ans après, les fruits ont tenu la promesse des fleurs. Pour le compte de la Journée mondiale de l’énergie, célébrée désormais chaque 22 octobre, le ministre de l’Energie Dona Jean-Claude HOUSSOU, cheville ouvrière de cette vision du chef de l’Etat, a dans son message mis la lumière sur les réalisations singulières qui affolent les compteurs. A l’en croire, si le 1/10è des prouesses réalisées en seulement 4 ans par le gouvernement de la Rupture se faisait annuellement depuis les indépendances, le Bénin serait l’un des pays les plus électrifiés de l’Afrique. Ainsi, la modernisation et l’extension du système de production ; la concentration sur les énergies renouvelables ; la restructuration de  la Société béninoise d’énergie électrique (Sbee) pour plus de fiabilité, de viabilité à jouer son rôle face aux défis d’aujourd’hui et de demain et ; de  l’efficacité énergétique,  ont permis au gouvernement d’enregistrer ces performances encourageantes.


De 0 MW en 2016, le Bénin produit en 2020 jusqu’à 180 MW d’énergie et assure 60% de ses besoins en consommation aux heures de pointe ; le taux de perte d’énergie a baissé avec un gain de 2 points sur la période soit plus de 10% de taux de réduction de perte énergétique sur le réseau électrique; la longueur totale du réseau HTB ( Haute Tension) est passée de 1073 Km depuis les indépendances jusqu’en avril 2016 à 1785 Km en 2020 ( soit un taux de croissance de 66,35%); celle du réseau HTA ( moyenne tension) a connu une croissance substantielle de 12, 15% entre 2016 et 2020, le réseau BT (Basse Tension) a aussi connu une augmentation de 23, 3% sur la même période ; etc.


En effet, ces performances font passer le nombre de localités (urbaines et rurales) électrifiées de 1775 en 2015 à 2099 en 2020. Ce qui fait une augmentation de 18, 25%. Aussi, le taux moyen d’électrification (zones urbaines et rurales) est-il passé de  27,7% en 2015 à 30,6% en 2020, soit une augmentation de près de 10,5% sur la période. L’autre bonne nouvelle, le nombre de clients de la Sbee a également  connu une augmentation de 25% passant de 535 000 début 2016 à près de 670 000 actuellement avec une durée moyenne de temps de coupure qui a baissé considérablement de plus de 75 heures à 13,45 heures pour un délai d’intervention en cas de pannes qui est passé de 10,6 heures à 2 heures. « En somme, plus de 800 milliards sont injectés  dans ce secteur éminemment capitalistique et combien stratégique pour le développement socio-économique de notre pays. C’est un travail méthodique et réfléchi qui a été fait au grand bonheur de nos concitoyens qui ont désormais derrière eux les souvenirs de souffrances », a-t-il conclu.

Partager cet article sur :