Acte 4 de la ‘’Trilogie gagnante’’ jeudi prochain Trois Ecoles expriment leurs attentes au ministre de l’Energie

Ce  jeudi 24 mars 2022 aura lieu l’Acte 4 de la ‘’Trilogie gagnante’’ initiée par le ministre de l’Energie, Dona Jean-Claude HOUSSOU. En prélude à cet événement qui met en scène trois acteurs, à savoir les entreprises, les écoles et Ministères, le Comité de pilotage présidé par Franck TIGRI , DAC du Ministre de l’Energie, a effectué une sortie dans les lieux d’enseignement et dans des entreprises, la semaine écoulée. 


A l’Ecole Supérieure le Faucon, première étape de la visite, la délégation conduite par le Directeur adjoint de cabinet, Franck TIGRI, a eu une séance de travail avec le Président Directeur général Michel SUAREZ.


Ce dernier, appréciant à sa juste valeur cette initiative, a dit toute son adhésion à la ‘’Trilogie gagnante’’.


A l’en croire, cela permettra d’améliorer les offres de formations pour le secteur de l’énergie. Car, a-t-il insisté, aujourd’hui, il est difficile pour les Ecoles de placer leurs étudiants dans les lieux de stage.


« Avec ce que nous venons de faire, ça va résoudre un tant soit peu cette difficulté qu’ont les étudiants d’aller en stage », a-t-il indiqué.


Profitant de l’occasion, il a fait toucher du doigt à la délégation la difficulté que rencontre l’Esm Faucon dans l’acquisition de matériel de laboratoire. A cet effet, il a souhaité que dans le cadre de la mise en œuvre de cette Trilogie, l’Etat aide les écoles à importer des matériels sans frais de douanes.


Après l’Esm Le Faucon, cap a été mis sur Esmer Académie spécialisée dans la formation en matière d’énergies renouvelables.


La délégation a été accueillie par le Pdg Félix Ebo qui a dit tout le plaisir qui est le sien de recevoir les envoyés du ministre de l’Energie. Selon lui, cette une très belle initiative.


La ‘’Trilogie gagnante’’, a-t-il martelé, est une opportunité pour les écoles de produire des diplômés et de les placer dans les entreprises. Il n’a pas, lui aussi, manqué de faire un plaidoyer à l’endroit de l’Etat.


« Il serait intéressant que l’Etat pense à nous renforcer en matériels parce que notre domaine est très compliqué. Si on n’a pas les moyens techniques, on n’est pas sûr de former des diplômés de qualité », a-t-il fait savoir.


A Ecomet, troisième étape de ce périple, le discours de l’hôte est le même. Selon le Fondé Nathanaël KOTY, cette coopération qui est en train d’être mise en place avec les entreprises et les Ministères est une très bonne chose.


Tout comme ses prédécesseurs, il a aussi exprimé les mêmes doléances. « Nos doléances, ce sont les équipements parce que le matériel coûte cher », a-t-il fait observer. La délégation a aussi rencontré la Responsable des ressources humaines de la SBEE.


Silvie PATOINE a aussi dit tout son enthousiasme par rapport à ce projet qui va permettre la mise à disposition à la Société distributrice du courant électrique des techniciens compétents pour répondre aux besoins actuels en matière de compétence.


« L’école est déphasée par rapport à ce que les gens font en entreprise. Cette Trilogie, si elle est bien encadrée, va permettre aux lieux d’enseignement technique de se coller aux besoins des entreprises. Ça va nous permettre de mieux collaborer », a-t-elle insisté.


A Vinci énergies, dernière étape de ce périple, le Directeur de Vinci énergies Bénin, a dit toute sa satisfaction. Selon lui, la ‘’Trilogie gagnante’’ est une excellente initiative.


Et pour cause, les difficultés qu’ils rencontrent dans l’exécution des projets qu’ils développent, ont rapport à l’adéquation avec la formation et les besoins des entreprises.


Mais un travail se fait déjà à ce niveau pour combler ce vide, a-t-il rassuré. « Nous travaillons déjà avec un certain nombre d’écoles. Et je souhaite que la trilogie gagnante se poursuive.


Le ministère de l’énergie peut compter sur Vinci énergies, parce que nous voulons être là longtemps », a promis Jean-Philippe Gadenne.


Ainsi, la Trilogie gagnante, faire entrer l'Ecole dans l'Entreprise, et l'Entreprise dans ou à l'Ecole fait son petit bonhomme de chemin, pour des compétences adaptées et disponibles pour le secteur de l’énergie.

Partager cet article sur :