Maîtrise d’énergie et efficacité énergétique

La fin de l’importation des équipements électriques énergivores pour le 30 juin 2020.

Le Bénin cessera d’être un dépotoir des équipements électriques rejetés sous d’autres cieux. Le gouvernement du Nouveau départ en a fait le pari, et déroule son ambitieux projet concocté à cet effet. Il s’agit de la maîtrise d’énergie et de l’efficacité énergétique. La date de démarrage d’une composante de ce projet phare du Pag  a été annoncée  aux professionnels des médias, vendredi 26 juin 2020.  

Les projets du Programme d’actions du gouvernement continuent de s’égrener au jour le jour de façon méthodique, structurée et efficace. Dans le secteur de l’énergie, le 4ème projet phare qu’est la maîtrise d’énergie et l’efficacité énergétique, franchit une importante étape ce 30 juin 2020. A partir de cette date, il ne sera plus toléré sur le marché des équipements électriques énergivores. De nouveaux équipements électriques performants seront mis sur le marché béninois pour permettre aux populations une meilleure jouissance du courant électrique à des coûts abordables. En effet, l’Exécutif, constatant que les équipements électriques importés sont énergivores et ne respectent pas toujours les règles de sécurité, a pris en conseil des ministres un décret fixant les normes minimales de performance énergétique et le système d'étiquetage énergétique des lampes et climatiseurs individuels en République du Bénin. Ce texte fixe les exigences techniques minimales de performance énergétique et les autres caractéristiques visant à assurer une qualité minimale de lampes électriques et de climatiseurs individuels, fabriqués au Bénin ou importés pour être utilisés au Bénin ; les exigences relatives à l'étiquetage et à la fourniture d'autres informations relatives à ces lampes électriques et climatiseurs individuels.  Pour le ministre de l’Energie, le démarrage de ce projet apparaît comme une nouvelle ère qui s’ouvre sur le secteur énergétique. Désormais, a-t-il martelé, les populations sauront choisir en connaissance de cause leurs appareils électroménagers et lampes. En ce qui concerne les dispositions pratiques prises pour la mise en œuvre efficiente du projet, Dona Jean-Claude HOUSSOU a informé que 18 mois ont été donnés à l’ensemble des parties prenantes. Un travail interministériel associant la CCIB, les PTF, les importateurs, le Mca et bien d’autres a été fait. « Ça n’a pas du tout été facile. Tant il y avait beaucoup de vents contraires à la mise en œuvre de ce dispositif. Mais, grâce à la détermination des acteurs, à la volonté de changement du gouvernement qui veut que l’ensemble des citoyens soient protégés des prédateurs économiques du secteur de l’Energie, nous avons pu tenir le pari aujourd’hui », a-t-il fait savoir. Il a par la suite, annoncé que la sensibilisation va continuer de même que l’accompagnement progressif, de même que les contrôles et les tests. « On arrivera à identifier et traquer les marques déviantes preuves à l’appui », a-t-il promis.  

L’Aberme, le bras opérationnel du ME*

Le bras opérationnel de ce projet est l’Agence béninoise d’électrification rurale et de maîtrise d’énergie (Aberme). Son directeur général a, à cette occasion, décliné le rôle qui sera le sien. Selon Francis Tchèkpo, il s’agira pour l’Aberme de coordonner et de suivre les activités nécessaires à la mise en œuvre de ces normes d’étiquetage. Ensuite, elle apporte un soutien technique à tous les acteurs de la chaîne d’importation d’équipements électroménagers. De même, elle devra, avant toute importation, délivrer le certificat de conformité aux normes de performances énergétiques. Elle a aussi pour charge de vérifier la conformité et de la sincérité des informations fournies par l’importateur à travers la plateforme mise en place en collaboration avec le Guichet unique du commerce extérieur (Guce). « Une fois cette vérification terminée, l’importateur sera autorisé à importer ces équipements. A l’arrivée au Port, la Douane est chargée de vérifier la conformité de ces informations sur l’équipement. En cas de difficultés, elle se référera à l’Aberme pour faire des analyses plus approfondies », a-t-il confié. 

Les actions du Millénium challenge account 2

Pour la mise en œuvre de ce projet, le Millénium challenge account 2 s’est beaucoup investi, notamment avec le recrutement d’un Consultant qui a rencontré tous les acteurs dans la préparation de la mise en œuvre de ce décret portant sur les normes de performances énergétiques minimales et le système d’étiquetage énergétique pour les lampes, les climatiseurs, et les réfrigérateurs. Selon le Coordonnateur national du MCA Gabriel Dégbégni, plusieurs résultats ont été obtenus. Primo, le MCA 2 a œuvré pour l’élaboration et la validation des textes réglementaires et différents arrêtés interministériels permettant d’opérationnaliser les normes et l’étiquetage énergétique au Bénin. Secundo, les différents acteurs publics comme privés ont été formés et sensibilisés au concept. Tertio, des mesures incitatives ont été étudiées et proposées pour promouvoir durablement l’efficacité énergétique à travers les produits économes en énergie. « Actuellement, le répertoire annuel des prix de référence 2021 est en cours de révision pour prendre en compte le concept de l’efficacité énergétique dans les acquisitions d’appareils électriques au niveau de l’administration », a-t-il rassuré. Il faut ajouter que le cordonnateur de l’ANM, a rappelé  le contenu  des textes  qui fondent les normes au benin, rassurant de la qualité des équipements  qui seront déversés soient de qualité.

 

Partager cet article sur :