Atelier de lancement du processus d'élaboration du budget gestion 2021 du Ministère de l'Energie

Le ministre de l’Energie a lancé ce jour jeudi 28 mai 2020 le processus d’élaboration du budget gestion 2021 du ministère de l’Energie. Cette cérémonie qui s’est déroulée par visioconférence a été l’occasion pour Dona Jean-Claude HOUSSOU de décliner à ses collaborateurs les défis à relever lors du prochain triennal.

Les cadres du ministère de l’Energie sont désormais investis à travailler pour l’élaboration du budget exercice 2021. Selon le ministre Dona Jean-Claude HOUSSOU, le processus enclenché ce jeudi 28 mai 2020 répond parfaitement à la dynamique du gouvernement. En effet, comme les autres ministères, le ministère de l’Energie expérimente la gestion du budget en mode Programme. La Programmation et l'exécution du budget 2021 du ME, a-t-il annoncé, se feront suivant la nouvelle nomenclature budgétaire de l'Etat par programmes pluriannuels. De fait, il a exhorté ses collaborateurs à observer plus de rigueur dans la planification et l’affectation des ressources limitées accordées par le gouvernement à travers le ministère des finances. « Le budget de l’Etat, en effet, est un important instrument de politique économique et social du gouvernement et son élaboration suit chaque année un processus qui s'inscrit dans un calendrier rigoureux allant du mois de mars au mois d’octobre au niveau de l’Exécutif. La phase suivante se poursuit à l’assemblée nationale d’octobre à décembre et aboutit au vote de la loi de finances », a-t-il rappelé. Pour le triennal à venir, l’autorité ministérielle a décliné les défis que doit relever le ministère. Entre autres actions, il a cité la construction d’une centrale thermique IPP ( en investissement privé) de 120 MW en cycle combiné à Maria-Gléta, la construction de barrages hydroélectriques multifonctions d’une capacité à terme de 220 MW sur le fleuve Ouémé, la construction de plusieurs centrales solaires photovoltaïques respectivement de 25 MW à Iloulofin dans la commune de Pobè et de 50 MW réparties dans les localités de Bohicon, Parakou, Djougou et Natitingou. À cela s’ajoutent la construction des lignes de transport d’énergie électrique, la mise en œuvre de divers projets de restructuration, de renforcement, de modernisation, d’extension et de densification des réseaux électriques (Prera, Presredi, Peder, Padsbee, Bénin prosperee, Forsun). Le Numéro 1 de l’Energie n’a pas aussi occulté le renforcement des capacités des acteurs du secteur. « Je voudrais compter sur vous, Responsables de programme, d’actions et d’activités pour votre participation effective à toutes les étapes du processus budgétaire avec ardeur et assiduité », a-t-il souhaité.


L’importance de la conférence de performance

Lors de cette visioconférence, le représentant du ministère des Finances est revenu sur le bien-fondé de l’instauration de la conférence de performance dans le processus budgétaire au Bénin dans un contexte de la gestion axée sur les résultats où la notion d’efficacité prend une place centrale dans la gestion publique. Selon Pierrot SEGO, en plus du cadre de performance retracé dans les instruments budgétaires, a estimé que la conférence de performance permet de bâtir, elle renforce également l’allocation stratégique des ressources en permettant d’assurer la cohérence entre les résultats attendus et les moyens alloués. « Dans ce cas, la démarche de performance s’accompagne d’un accroissement des moyens tandis que dans d’autres cas, elle est concomitante d’une diminution des ressources », a-t-il insisté.


Suivez un extrait des mots de clôture du Ministre de l'Energie à l'issue de l'atelier


Partager cet article sur :